Archives pour l'étiquette Etat

Pixels de milliards !

11 février 2009

26 milliards d’euros mobilisés par l’Etat en France ; 2000 milliards d’argent public et privé pour relancer l’économie américaine en 2009 ! Les sommes devraient impressionner le citoyen de la terre lambda, le rassurer peut-être ? Et bien, … non ! Elles gisent là, bien éphémères, dans un coin de notre écran d’ordinateur. A l’image sans doute de cette économie virtuelle dans laquelle tant d’irresponsables, ivres de cupidité et d’orgueil, nous ont invités (et continuent encore de le faire) à nous vautrer.

2 000 milliards de dollars, çà n’occupe pas beaucoup de place en octets dans les fibres à très haut débit qui réunissent les établissements bancaires et financiers entre eux. Alors autant en injecter chaque fois plus pour tenter de faire bouger légèrement les compteurs et d’agir sur ce qui est le vrai nerf de l’économie : la confiance, la pauvre petite confiance des êtres de chair et d’os qui habitent notre si petite planète.

2 000 milliards de dollars pour combler des pertes que la machine nous signale comme ‘abyssales’, alors qu’elles sont tout aussi immatérielles pour le commun des mortels invité surtout à ‘ne pas toucher au grisbi’ … mais éventuellement à en supporter le coût dans la vraie vie.

2 000 milliards ou 26, qu’importe ; l’impression est forte d’assister passivement à un jeu vidéo géant où l’on peut s’acheter des vies supplémentaires, voire échapper au cul-de-sac dans lequel on bute en vain, en ‘rebootant’ la machine ou en se fournissant en ‘cheat codes’. Pied de nez enfantin pour ne surtout pas revenir dans le monde tel qu’il est ; pour ne pas revenir à ces vieilles réalités si pesantes de l’économie réelle ! Mensonge égoïste envers les générations futures qui devront bien, un beau jour, donner des contreparties en valeurs sonnantes et trébuchantes : de la terre, du blé, du riz, de l’or, de l’eau, du pétrole, des matières premières, … des vies peut-être ? Ne perdons pas trop vite la mémoire …

Et qui nous dit aussi que nous pourrons infiniment transformer en produits ou services bien réels les milliards d’euros numériques de nos comptes bancaires, de nos livrets d’épargne ou de nos cotisations retraite ! Un écran ? Un serveur ? Un code d’accès ? Une haute autorité internationale ? L’Etat ? Ah bon ?!

Le réel a la peau dure. C’est la confiance dans l’échange entre au moins deux personnes qui commande la création de richesse. C’est la satisfaction des besoins de nos semblables qui donne sens et beauté au travail. C’est la culture raisonnée des sols qui permet d’en nourrir chaque jour davantage. C’est la transformation de la matière par l’effort, la collaboration et le génie industriel qui parachève ce que la nature nous permet déjà de réaliser. En bref, du tangible, du vivant, du quotidien et surtout du fragile qui renvoient à leurs responsabilités tous ceux qui continuent de raisonner et d’agir en pensant que l’argent est devenu à jamais une ‘matière première’ pixellisable, bidouillable et injectable à l’envi.

 

Détecteurs de fumées : une bien obligeante obligation de trop !

10 février 2009

Le récent vote par l’Assemblée Nationale d’un amendement rendant obligatoire l’installation de détecteurs de fumée dans les locaux d’habitation est emblématique des douces dérives sécuritaires de notre société. Comme toutes les autres réglementations du même type, cette disposition a été votée ‘la main sur cœur’, en l’occurrence au nom des 800 morts annuels pour cause d’émanations de fumées. L’Etat veille et compte bien – selon le rapporteur du texte – réduire de moitié ce nombre de décès !

Nous avions déjà les barrières de sécurité obligatoires autour des piscines privées (qui ont quand même laissé mourir 60 personnes sur les 401 noyades répertoriées en 2006!). Nous pouvions déjà envisager d’allonger la durée de notre vie grâce au ‘principe de précaution’ érigé en valeur constitutionnelle. Triangle de signalisation dans le coffre et gilet fluo sur le siège avant, nous voyions venir le cœur léger la prochaine panne de notre véhicule sécurisé par ordinateur (anti-patinage, anti-blocage des roues, correcteur de trajectoire, contrôle continu de la pression des pneus, balise GPS, etc …). Il restait donc le feu, la fumée, la nuit, le lit et son linceul de draps, le sommeil, la mort …

Dormez tranquille, braves gens, les nouveaux chevaliers du gué veillent ! Bientôt, ils s’intéresseront de très près aux autres 100 000 causes de décès qui ne sont du, ni au cancer (155 000 décès par an), ni aux maladies cardio-vasculaires (150 000 décès par an), ni aux accidents de transports (5 400 décès par an), ni au suicide (10 700 décès par an). Ce sera la vieillesse peut-être, dont on pourra bientôt se garantir – ou se faire garantir par ses proches – dignement … Ou les accidents de la vie courante (20 000 décès par an) : chutes dans la rue, chutes de la table à langer, intoxications, collisions, accidents de bicyclettes, … Les ‘anges gardiens’ de notre survie ont encore de beaux jours de réglementation devant eux !

Les opportunistes et lobbyistes de tout poil aussi, qui nous vendront, avec la complicité du législateur, mille et un dispositifs dont la rentabilité des ventes est assurée par l’effet de levier immédiat de la contrainte réglementaire. 20 euros par foyer habitant un studio, 40 euros par foyer habitant un deux pièces, 60 euros par foyer habitant un trois pièces, … ‘Bingo’ chantent en cœur importateurs astucieux et sous-traitants chinois, encouragés par quelque fabricant de piles jetables soucieux que chacun n’oublie pas de les renouveler chaque année.

Tout cela est bon pour le commerce. Beaucoup moins pour la planète. C’est raté pour ceux qui meurent quand même dans l’incendie ou pour tout autre cause. Et c’est idiot pour tous ceux qui en ont marre de devoir payer chaque fois plus de leur liberté et de leur autonomie en étant piteusement obligés de repousser un peu plus loin le spectre de leur mort !