LA GRANDE DEMISSION N’EST PAS INELUCTABLE !

Les bons chiffres de l’emploi ne doivent pas masquer l’étonnante mutation en cours du rapport au travail. Les constats dont la presse se fait largement l’écho depuis quelques mois posent de vraies questions qui commandent en sourdine la solidité future de notre croissance.

De plus en plus de salariés ont adopté d’improbables comportements dans l’accomplissement de leurs missions : rupture soudaine de collaboration très rapidement après l’embauche, refus de revenir travailler régulièrement dans les locaux de l’entreprise après des mois de télétravail forcé, réticence des jeunes générations à accepter des responsabilités de manager, distance marquée vis-à-vis des orientations stratégiques ou opérationnelles impulsées d’en haut, etc. Ce constat – qu’on se garde bien de traiter à la hauteur de l’enjeu par négligence ou facilité, mais surtout désarroi – nous dit cependant quelque chose des impératifs qui s’imposeront inéluctablement aux chefs d’entreprise.

Il ne suffira plus de maîtriser parfaitement la règle du jeu.
Maints dirigeants ou responsables ont encore du mal à penser et placer leur réflexion au-delà des modèles et représentations que leurs parcours leur ont appris à piloter parfaitement. Les réorganisations incessantes de leurs entités, le recours insensé à des outils de production ou de pilotage sans visage, la virtualité et l’unilatéralité de leurs objectifs, la dictature de la performance et de la réputation dans les seules sphères de l’entre-soi cisaillent sournoisement les fragiles liens de l’affectio societatis. Les jeunes générations vivent difficilement cette conformité, pour ne pas dire cette reproduction conformiste de modèles à bout de souffle. Les plus âgés feignent et s’arrangent astucieusement pour s’inventer des existences apparemment affairées, mais en fait vides de tout accomplissement.

On ne peut plus penser l’action en dressant une muraille entre vie sociale et vie professionnelle.
Il ne s’agit pas seulement de la récurrente et prégnante aspiration du plus grand nombre à préserver l’équilibre vie pro/vie perso si symptomatique des réflexes de protection qui se multiplient çà et là. Mais, pour paraphraser Antoine Riboud dans son fameux discours de Marseille, « la vie de tout être humain ne s’arrête pas au seuil de l’entreprise« . Et pas seulement d’un point de vue RSE. Le bouillon social, culturel et éthique dans lequel nous sommes plongés déborde largement dans les ateliers et les bureaux. Et il convient de savoir ce que l’on veut (ou peut) en faire pour redonner au travail individuel et collectif toute sa noblesse. Pour faire en sorte qu’il y ait une vraie joie à mettre en commun ressources, talents et désirs au sein de cette étonnante merveille qu’est une entreprise. Pour faire en sorte que la famille, les RTT, les loisirs, les arrêts de travail, des cursus de formation superfétatoires, le recours compulsif au télétravail, les ruptures conventionnelles aux frais de la collectivité ou le départ à la retraite ne soient plus considérés comme les seules échappatoires à l’ennui, la vacuité ou la désespérance de l’activité professionnelle.

C’est à une véritable conversion personnelle et collective que nous sommes tous appelés.
Et cela peut même être une superbe opportunité pour s’engager dans des processus d’innovation répondant autant à la quête de sens qu’aux impératifs de compétitivité qui s’imposent à tous les niveaux. Car le « boulot » de l’humanité n’est pas terminé ! Des millions de personnes ont toujours besoin de se loger ou de s’habiller ; d’autres de pouvoir accéder à une alimentation saine dont la production sera toujours plus respectueuse de l’environnement ; d’autres encore de pouvoir accéder à des moyens de transport, de soin, de communication, de formation, de financement ou d’assurance dignes de ce nom. Et les solutions ne seront pas que technologiques, internationales et transactionnelles. Elles auront parfois un accent très local et une existence déconnectée des réseaux. Elles tireront aussi avantage de l’irremplaçable dextérité d’une main, de la chaleur d’un sourire ou de l’humilité d’une présence. Elles prendront le risque de la confiance, voire du désintéressement. Elles ne se plieront pas automatiquement aux modèles de captation, d’emprise et de perception de dîme qui semblent s’imposer partout et sans résistance. Chaque être humain a une mission à remplir, un rôle à jouer, une contribution à apporter. Non en partant systématiquement de soi, d’une conformité avec les lois et l’esprit du temps ou d’un hypothétique droit à un « pouvoir d’achat » (expression symptomatique d’un dangereux rétrécissement de la vision), mais en visant la joie et la fierté de participer à un Bien Commun qui nous dépasse.

Il ne s’agit pas ici d’une option philosophique ou éthique.
C’est une impérieuse nécessité pour tout organisation qui n’a pas vocation à imploser sous la pression de règles du jeu qui lui échapperaient. Cela convoque notre liberté et notre conscience, mais nous avons tous les moyens de donner naissance à des « raisons d’être » et des visions stratégiques porteuses de sens et d’espoir pour des générations de clients, partenaires et collaborateurs qui ont plus que jamais besoin de s’engager autour de projets auxquels ils croient.

INVALID \ COMMAND 

C’est fou le nombre de choses qui nous échappent.Le smartphone au bout du doigt, gorgés d’informations et saturés d’images, nous avions fini par croire que nous étions en mesure de piloter pleinement nos vies ; au-delà de toutes les limites de nos corps, de nos connaissances, de l’espace qui se virtualise et du temps qui s’écoule inexorablement. Mais nous voilà rattrapés par les fantasmes de quelques dirigeants arrivés au pouvoir par le jeu pervers des renoncements successifs des peuples, par le terrorisme de la compliance financière ou sanitaire, par les peurs virales de nos organisations rhizomiques et par les conséquences désastreuses de notre prétention à être chacun, juge du Bien et du Mal. Bref, nos nuits sont agitées, nos échanges tendus, nos équilibres instables, nos santés déliquescentes et nos moindres actions dérisoires.

Certains s’imaginent encore aux commandes en multipliant les allégeances aux nouvelles règles économiques, sociales ou sociétales que d’infimes minorités imposent à des majorités molles ou en présentant comme désirables de pervers modèles de dépendance réglementaire ou technologique. Mais les faits et le temps les rattrapent inéluctablement qui minent brique après brique le fragile édifice dans lequel ils se croient en sécurité. Aucune fortune, aucun pouvoir médiatique, aucune législation, aucune puissance, aucun masque, aucun levier, aucun mur, aucune IA ne pourront à jamais garantir leur tranquillité. Il y aura toujours un Volodymyr Zelenski, un SARS-Cov-2, une éruption solaire ou un cyclone qui grippera leurs rouages. Car ce n’est pas là-haut, au-dessus des nuages, que cela se joue vraiment, mais ici-bas au bout de nos bras. Pas plus loin !

Chacune de nos existences a un sensDéjà par le fait que nous ne l’avons pas choisie. Elle nous a fait naître en ce temps, en ce lieu, avec un corps, des facultés, des talents, des parents (même si ils ne correspondent pas toujours à ce que nous aurions aimé qu’ils soient). Mais ils sont et ils marquent ainsi un point d’origine. De même, nous pressentons par petites touches successives que cette existence se déploie mieux – en fait qu’elle est heureuse – quand elle s’inscrit dans une trajectoire ajustée. Et qu’au contraire, elle est pesante quand nous tentons vainement de donner le change sans être dans notre plénitude. La question qui se pose à nous est bien celle de l’ajustement à ce pour quoi nous sommes faits. L’enjeu est donc bien de le discerner.

Il en est de même pour toute organisation économique, politique ou sociale. L’existence de chaque entreprise, chaque association, chaque administration a un sens qui transcende largement l’accomplissement d’objectifs fixés unilatéralement par quelque dirigeant ou actionnaire. Et ce sens – comme pour chaque être humain – est un fil plus ou moins tendu entre une origine et une étoile à atteindre. Il n’est pas le fruit d’une transaction, ni celui d’une prétention, encore moins celui d’une conformité. On ne se le donne pas comme un objectif. On ne se l’attribue pas comme une vertu. Il est ! Il peut être masqué par des montagnes de conventions, de préjugés ou d’habitudes, mais il possède sa singularité, son unicité, sa cohérence et son utilité. Tous le cherchent ; peu le trouvent vraiment, préférant ‘complaire’ (étymologie de l’anglicisme ‘compliance’) à ce que certains ou une vague majorité conviennent de tenir comme justes. La formulation des « raisons d’être » qui en résulte ne rend alors hommage, ni à la raison, ni à ce qui est, mais se limite à revendiquer en fait de caricaturales « façons d’être » dont l’actualité nous révèle régulièrement et crûment la totale vanité.

 Ne cherchons pas trop loin ; la réponse est au bout de notre bras.Là où nous sommes plantés, avec ce que nous sommes, tout ce que nous sommes. Et nous sommes beaucoup plus que ce que la convention, la paresse, le confort et le conformisme nous font croire. Tout est question de regard ; que l’on soit dirigeant d’une entreprise ou simple rouage d’une organisation. Et pour que ce regard soit pur et juste, il est de fait essentiel de le débarrasser de tout ce qui l’encombre, l’accapare ou le trompe. C’est une petite conversion qui engage notre liberté personnelle, mais ses effets peuvent être atomiques.

Dans ce regard, s’inscrivent nos proches, nos lieux et conditions de vie, ceux avec qui nous travaillons ou que nous servons. Notre manière d’entrer en relation avec chacun et notre écosystème s’avère essentielle pour nous aider à discerner d’où nous venons et où nous allons. Notre compréhension et le respect des fondamentaux de nos activités, de nos produits, de nos marchés et de notre utilité sociale sont tout aussi vitaux. Bien plus que la précision d’un P&L, bien plus que la conformité de nos processus bien plus que la préservation de notre réputation ou notre intégration dans les systèmes et les modèles qui traversent notre société. Au bout de notre bras, vous dis-je ! Là où nous sommes dans la plénitude de nos moyens, là où nous percevons encore le réel, là où nous récolterons les fruits. Là et maintenant !

Arrêtons de craindre ! Arrêtons de feindre ! Arrêtons de geindre !Et osons revisiter en profondeur nos façons d’appréhender la vie, les enjeux que nous affrontons, nos méthodes de réflexion et de travail, nos agendas personnels et nos visions stratégiques. N’abandonnons pas au professeur Delfraissy, à Sundar Pichai, à Jeff Bezos, aux présidents Poutine et Xijin Ping, à TikTok ou à Kim Kardashian, le soin exclusif de dessiner les contours et le contenu de nos vies pour les jours, les mois ou les années à venir !

 

 

Au revoir tristesse !

Nos existences ne flottent pas comme cela, hors-sol, dans la nuée. Là, maintenant, en découvrant ce texte, notre corps, notre cœur, notre intelligence, notre conscience sont au travail. Et nos voisins, nos proches, nos interlocuteurs du jour, ces personnes qui passent non loin et même celles qui dorment en ce moment existent bien elles aussi. Alors pourquoi, réfléchissons et agissons-nous comme si l’univers entier s’était arrêté ; comme si il fallait qu’il retrouve d’abord son état d’avant ou que d’autres nous disent ce que nous devons faire? Pourquoi renonçons-nous à désirer, puis dessiner nous-mêmes les contours du monde – y compris économique – dans lequel nous voulons vivre ?

Claquemurés dans nos maisons, réfugiés derrière nos masques, collés à nos écrans, nous attendons : un mail, un appel, un SMS, un livreur Deliveroo, une prise de parole du gouvernement, les résultats d’un test PCR, une nouvelle série sur Netflix, les goûts de la vie retrouvée… Et rien ne vient sinon le cruel sentiment que tout nous échappe, que nous n’y pouvons rien, que tout ce qui constituait pour nous un univers connu – accepté, faute d’être aimé – s’effondre par pans entiers. Ça y est, comme prophétisé par Hollywood et l’industrie des jeux vidéo, nous sommes devenus des zombies ! L’illusion et le renoncement sont à leur paroxysme. L’urgence est venue de s’en défaire.

Déconnectons.

Qu’y-a-t-il au bout de nos mains qui ne soit pas un écran ? Un bout de Terre ? Un bout de Temps ? Un outil ? Un collègue ? Un client ? Un fournisseur ? Des personnes comme nous exprimant leurs manques, leurs besoins, leurs désirs peut-être ? De l’inattendu ? Une inconnue ?  Qu’y-a-t-il comme alternative aux emprises conventionnelles, codées et prémâchées que déversent à gros bouillons les nouveaux maîtres des contenus digitaux ? Qu’y-a-t-il qui ne fasse pas systématiquement l’objet d’une statistique, d’un calcul, d’une corrélation, d’un vocabulaire attesté ou d’un certificat de conformité ? Avons-nous renoncé à utiliser toutes les capacités que la vie nous a données par extraordinaire pour nous fondre avec fébrilité ou commodité dans la petite mort de l’ordinaire ?

Plantons.

Oui, plantons ! Avec tout ce que ce geste suppose d’humilité et de confiance. Ériger des gratte-ciels, privilégier les flux, tisser toiles et trames de réseaux, monétiser des clics, mettre des caméras et des micros dans nos poches et des mouchards dans nos structures, introduire des ciseaux dans nos gènes, aduler la vitesse, la taille, la performance, l’agilité et la résilience, nous ont rendu captifs, prétentieux, épuisés, ennuyeux et tristes. Récoltons et plantons semences d’idées et graines de folie, élevons et repiquons plants et semis de projets. Risquons la promesse plutôt que la forteresse. Préférons la fraîcheur de la confiance et de l’espérance à la touffeur de l’assurance et de la compliance. Devenons ce que nous sommes et non ce que nous avons pensé un moment devoir, vouloir ou pouvoir être.

Que désirons-nous profondément ? Quelle finalité poursuivons-nous en vrai ? Un truc unique, simple et clair. Un truc dont nous savons intimement qu’il concourt au bien de tous et non de quelques-uns. Un truc qui nous fait aller au bout d’une mobilisation positive de nos métiers, nos talents, nos ressources. Mais oui, c’est possible ! En dépit de tout.
Les arbres centenaires qui dévorent naturellement notre production artificielle de carbone savent bien qu’il vaut mieux se planter à nouveau que de pourrir sur pied …

Lettre personnelle, pas vraiment confidentielle …

Le 15 avril dernier, au creux du premier confinement, j’envoyais une lettre personnelle à mes amis, mes clients, mes partenaires. Une lettre que je voulais de saine et lucide espérance, un pied de nez à la poisseuse tristesse qui continue de nous envahir insidieusement. Je suis retombé dessus au détour du classement de mes fichiers digitaux. Elle m’a paru encore et toujours d’actualité. Elle pourrait même vous donner des idées, ouvrir chez vous une porte trop vite refermée, donner un point d’appui à votre audace, car il n’est plus temps de faire comme si de rien n’était ou vous n’étiez pas concerné. Je me permets de la partager avec vous.

Lettre à … avril 2020

 

WE lance www.raisondetre-entreprise.com.

 

La loi PACTE et la pression de l’opinion incitent les dirigeants à tenter d’exprimer la raison d’être de leur entreprise, de leur administration ou de leur organisation.
L’intention est bonne, mais le chemin pavé d’embûches et de pièges. Sans oublier l’intérêt fort opportuniste de « trousseurs de budgets » qui, soudainement, s’emparent du sujet comme ils l’avaient fait en leur temps avec la CRM, la transformation digitale, l’organisation matricielle  …. et le saut à l’élastique.

Il était temps de remettre les pendules à l’heure et WE l’a fait : www.raisondetre-entreprise.com.

Allez, osez; devenez qui vous êtes !

Arrêtons de jouer la comédie !

Un peu partout, les masques tombent. Belle opportunité pour envisager l’avenir autrement !

Dans leur essai : La Comédie (in)humaine (Editions de l’Observatoire / sept. 2018), Nicolas Bouzou et Julia de Funès dénoncent les travers de pratiques managériales en vogue dans de nombreuses entreprises : excès de contrôles, réunions inutiles, excès de processus, séminaires absurdes, tyrannie de la transparence, mensonge du jeu collectif, égalitarisme et ‘bonheurisme’ incantatoires …. Pour l’avoir inventorié moi-même par petites touches depuis tant d’années, je ne peux que me réjouir que le constat soit partagé avec talent et écho médiatique. Mais alors que faire si des pans entiers de la vie des entreprises se révèlent si fragiles et sans objet ?

Respecter l’essence plus que le sens .

Avec Bouzou et Funès, je constate que beaucoup d’entreprises manquent de vraie vision stratégique. L’empilement d’objectifs, de modèles d’affaire et d’ambitions affichées ne peut en tenir lieu. Toutes les parties prenantes – des équipes de fabrication à l’utilisateur final – veulent de plus en plus comprendre le fondement, l’impact et la finalité de l’action qui est attendue d’eux. La quête de sens est aujourd’hui une solide réalité. Or jamais, la vie économique n’a autant semblé se résumer en un immense ‘jeu de société’ (une ‘ comédie inhumaine’ ?) dont les seuls acteurs gagnants sont ceux qui en maîtrisent – pour ne pas dire ‘imposent’ ou ‘confisquent’ … – les règles. Leur nombre se raréfie d’ailleurs, laissant sur le bas-côté de la route des consommateurs, des collaborateurs, des citoyens qui décrochent, feignent, s’ennuient, démissionnent ou explosent en vol. La surenchère d’images, de distractions, de contrôles, d’emprises mentales ou technologiques, d’offres addictives ou d’incentives ne suffit plus à raviver la flamme.

L’impératif de sens s’accroît au sein des jeunes générations (parmi les ‘meilleurs’ comme parmi les autres) et elles ont raison de poser la question. Mais « donner du sens » n’est pas la meilleure réponse, car cela reste un processus artificiel où la manipulation est tentante et l’erreur possible. La réussite d’une entreprise, d’un projet ou d’une offre est en fait inscrite dans la manière singulière qu’elle a d’incarner et de distiller son « essence » : ce qui est, doit être, sera ; ce qui fait qu’elle manquerait au monde si elle venait à disparaître. C’est un point d’appui exigeant – mais à bénéfice universel – qui coûte beaucoup moins cher à utiliser et qui est plus durable que tout autre logique de levier installée par force, séduction ou intrigue. L’explosion des dépenses annexes (communication, conformité, sécurité, contrôle de gestion, propriété intellectuelle, reporting, …) comparée à la croissance plus modérée des investissements propres à l’activité (recherche et développement, outil de production,…) en apporte une preuve éclatante. Il appartient donc aux responsables politiques comme économiques de discerner l’essence de leurs entreprises ou projets et de la faire comprendre à chacun. Mission plus humble, inconfortable et exigeante que les ordinaires fixation et contrôle des objectifs, mais, c’est là, l’apanage des visionnaires.

Donner du temps au temps.

Les auteurs de ‘La Comédie (In)humaine’ dénoncent les méthodes et artefacts managériaux utilisés pour conserver l’adhésion et l’engagement des équipes en entreprise. L’inventivité des consultants et coaches en accompagnement de la transformation est en effet sans limite. Chacun revendique la paternité de méthodes ludiques, créatives, désinhibantes, toujours renouvelées. La distraction de la réalité en est le fil rouge ; ‘l’agilité’ et ‘l’immédiateté’ de leur mise en œuvre des conditions sine qua non. Or est essentiel que les leaders en entreprise sachent s’accorder du temps, non pour se réparer, se reconstruire ou se reprogrammer, mais pour réfléchir aux fondamentaux de leur projet commun. Du vrai temps volontairement libéré dans des agendas dont la gestion est trop souvent déléguée aujourd’hui à Doodle, à un Outlook partagé ou à leur assistante. Réfléchir n’est pas une activité sans effort et à résultat instantané. Il faut laisser à la réflexion le temps de se déployer alors que tant de responsables gaspillent le plus souvent leur précieuse disponibilité en tâches stériles, vaines figurations et inutiles justifications. Il est essentiel de retrouver le vrai rythme du discernement et de la sagesse. D’expérience, je sais qu’un séminaire de direction de trois jours minimum dans un lieu coupé du monde est plus productif qu’un workshop express bricolé avec les techniques à la mode pour tenir dans les rares plages disponibles d’agendas ouverts aux quatre vents. Je sais qu’une marche en duo dans une forêt ou sur une vaste grève marine reconnecte les cerveaux avec le bon rythme de l’échange et de la réflexion croisée. Pour quiconque, il faut du temps et de l’espace pour décompresser, contempler, écouter, méditer, se nourrir du monde et de la mémoire collective, imaginer, échanger, challenger et surtout formuler avec des mots justes. Pas pour faire du saut à l’élastique ou s’éparpiller dans des jeux de rôle.

Soigner son intelligence du réel.

Bouzou et Funès donnent un grand coup de pied dans la fourmilière en osant s’attaquer à la doxa en vogue chez les doctrinaires de la gestion des ressources humaines. Les incessantes professions de foi et manifestations médiatiques autour des thèmes de l’égalité, de la transparence, du jeu collectif ou du bonheur au travail n’abusent plus grand monde à part leurs auteurs. Les entreprises ne peuvent échapper au climat de doute et de désenchantement général qui s’est installé subrepticement.

La vie rêvée du salarié n’est pas celle des lobbyistes, des idéologues, des baromètres sociaux, des grands prix annuels et des reportages de magazines. C’est dans l’épaisseur de nos existences – et non dans leur représentation ou leur interprétation – que se lit la pertinence ou non de telle ou telle entreprise. Cultiver, construire, alimenter, transporter, informer, financer, assurer, distraire, conseiller, … sont de vrais métiers et de belles activités profondément humaines; mais quand je parcours certains documents d’analyse stratégique (qui servent trop souvent de bien commode bouclier à leurs commanditaires), je doute que leurs auteurs en aient même simplement conscience. Or, on ne peut viser juste en se contentant d’ânonner les refrains à la mode (‘lean management’, ‘transformation digitale’, ‘augmentation de l’ARPU’, ‘consumer centric’, ‘entreprise libérée’…), ou de bidouiller le réel à coup de modèles, de pixels et de tableaux eXcel. Quand tous les écrans de nos ordinateurs et de nos smartphones s’éteindront, il ne restera que des yeux hagards, des esprits perdus et des mains désœuvrées ! Nous en sommes tous conscients, mais nous pensons et agissons comme si notre humanité n’existait pas ou qu’elle était reprogrammable à l’infini comme les machines et systèmes auxquels nous abandonnons paresseusement nos libertés, nos réflexions et nos décisions. Pour bâtir une stratégie gagnante, il est essentiel d’apprendre à regarder et aimer la vie, le monde et notre humanité avec ses bons comme ses mauvais côtés, ses potentiels comme ses limites. Et d’oser engager son existence, ses talents et sa responsabilité. Pas de réelle humanité, pas de réelle pérennité.

La petite révolution managériale à laquelle la lecture d’ouvrages comme celui de Bouzou et Funès nous invite est à notre portée. Aurons-nous simplement le courage d’arrêter de jouer la comédie qui nous déshumanise tous de plus en plus rapidement et qui risque de s’avérer pour chacun une pernicieuse tragédie ?

Libre, c’est tout !

Et si, au lieu de nous goinfrer d’images, de représentations, de sécurités et de conventions, nous osions nous jeter avec confiance et enthousiasme dans la réelle épaisseur de nos vies ?

Il y a ce qui est convenable de penser et ce que nous pensons vraiment. Il y a ce que le système attend de nous et les points sur lesquels nous aimerions fortement qu’il évolue. Il y a ce qui est bon pour toutes les personnes dont nous sommes responsables et ce à quoi nous avons consenti pour ne pas trop en rajouter à des jours déjà si lourds. Il y a ce dont nous sommes fiers et ce dont nous nous justifions en boucle. Il y a le parcours sans faute que nous avons effectué depuis la maternelle et l’accumulation des handicaps qui frappent tous ceux qui n’ont pas eu cette chance et que nous croisons chaque jour. Il y a l’impression de mener nos vies du bout du doigt sur l’écran de nos smartphones 4G (bientôt 5) et ce réel qui fait de la résistance dans nos rues, nos banlieues, nos EHPAD, autour des berges de nos fleuves, à nos passages à niveau ou dans les résultats de notre dernier bilan sanguin.

Il y a la perspective de la retraite, de nos prochaines vacances à Megève ou à Maurice, de la liquidation de nos stock-options et cette petite musique entêtante, collante qui revient en boucle dans vos pires insomnies : « Si je meurs tout à l’heure, qu’est-ce que mes amis, mes proches, retiendront de moi ?’ Ma sortie dans la botte d’une grande école ? Le cuir fauve de mon Audi A6 de fonction ? La réussite de notre dernière IPO ? Nos soirées en blanc, notoirement éméchées, à Saint Paul de Vence?  Mon goût immodéré pour les caméras et micros de BFM Business ?  … »

Bien sûr, de telles pensées ne nous titillent pas tous, tous les jours et avec ces mots-là; mais de là à dire que le bilan de notre vie nous indiffère profondément ou que c’est vrai pour les autres mais pas forcément pour nous …?!

Il est encore temps de prendre chacune de nos existences à pleins bras. Il est encore temps d’aller au bout de ce que la conjugaison de notre expérience, de nos talents, de notre désir et surtout de notre liberté nous invite à vivre (Emmanuel Macron, la BCE et les GAFA ne peuvent pas tout et c’est plutôt une bonne nouvelle ; même si c’est souvent bien confortable de leur abandonner notre avenir ou de leur attribuer la paternité de tous nos maux).

Il est toujours temps de repenser notre action en regardant au-delà des KPI, de l’EBITDA et de la hausse prévisible de nos primes sur objectifs. Et pas seulement pour les dégâts collatéraux qu’entraînent inéluctablement les triviales logiques de prédation ou de survie qui polluent à l’envi la vie politique, économique ou sociale d’aujourd’hui.

Il est toujours temps de prendre le temps de questionner l’acquis, d’affronter le convenu, de challenger l’agréé, de bouleverser l’habitude, d’explorer l’impensé pour apporter une réponse simple, claire et juste à un monde qui semble se noyer dans ses propres conventions et dérives.

C’est aussi cela qui libère l’entreprise, valorise sa singularité, booste sa transformation, nourrit sa capacité d’innovation, structure sa RSE, unit son CODIR, séduit les nouvelles générations, retient l’attention des meilleurs investisseurs.

La mission première des chefs d’entreprises et des managers inspirés est de réexaminer stratégies d’entreprise, de marque ou de développement au delà des habituelles conventions et selon une approche holistique qui comprend l’homme dans sa triple dimension : corps, cœur et esprit, car elle est indéniablement porteuse de sens et d’innovation utile (deux denrées si rares dans la plupart de nos modèles d’affaire épuisés ou grimaçants).

Les vrais leaders sont visionnaires. Ils sont enracinés dans l’humus de la vraie vie. Ils ont remarqué que leurs clients étaient avant tout des êtres humains, tout comme leurs collaborateurs et leurs fournisseurs. Ils savent regarder au delà de leurs écrans. Ils ne répliquent pas incessamment les mêmes stratagèmes. Ils ne campent pas sur leurs certitudes. Ils ne font pas semblant de diriger. Ils ne demandent pas la permission à leurs actionnaires, leurs clients, leurs collaborateurs ou même à l’agenda qu’on leur impose pour dessiner les contours d’une offre, d’une marque ou d’une entreprise dont on se demande encore comment on a pu ne pas y penser plus tôt. Ils osent penser, à la fois juste et à côté. Et leur éloge funèbre a peu de chances de ressembler un jour à une triviale to-do-list aux cases plus ou moins bien cochées.

Allez, le temps pour vous de ranger votre i.Pad, d’enfiler une bonne paire de chaussures de marche, de réunir autour de vous une petite équipe motivée et on s’y met !

Effets collatéraux de la tyrannie digitale : des analyses convergent des deux côtés de l’Atlantique.

conversationQuand des experts et universitaires – américains de surcroît -illustrent, observations méthodiques à l’appui, que le chapitre 3 d’Un Regard Peut Tout Changer (Editions Salvator) a bien mis le doigt sur un enjeu bien moins anecdotique qu’on ne le pense généralement :)

 

L’idée que vous avez eue le 13 août dernier vers 22h56 était bonne !

L’idée que vous avez eue le 13 août dernier vers 22H56 était bonne; peut-être même meilleure que celles que vous êtes censé avoir à chacun de vos comités de direction. L’air caniculaire était enfin redevenu respirable. Vous n’étiez pas en représentation face à vos collaborateurs. Depuis quelques jours, votre femme, la mer et les étoiles vous paraissaient plus belles. Vous aviez même oublié que vous étiez en vacances. Et puis soudain, l’idée a jaillie et elle vous a emporté.

Vous ne pouviez plus reprendre vos activités professionnelles comme si de rien n’était. Il fallait impérativement que cela change. Ou que vous changiez. L’idée que vous avez eue face à la mer le 13 août dernier vers 22h56 était bonne. La jubilation intérieure qu’elle provoqua chez vous n’avait rien à voir avec le plaisir furtif que provoque la certitude d’avoir atteint le seuil de déclenchement de votre bonus. Ou la confirmation du leadership de votre marque sur le segment des « produits fromagers à pâte lavée » …

Souvenez-vous ; vous voliez ! Votre vision dépassait soudain le bout de votre prochain comité exécutif. Tout s’enchaînait avec une logique implacable. Vous aviez repris les commandes de votre destinée. Vous envisagiez les onze mois vous séparant de l’été 2017 avec une rare gourmandise. Votre entreprise allait se mobiliser autour de votre beau projet. Vous alliez changer vos relations avec vos équipes. Vous alliez revoir sérieusement l’équilibre écorné de votre vie professionnelle et de votre vie personnelle. Alors, pourquoi diable, avez-vous abandonné cette fulgurance, en l’accrochant à l’arbre de la peur, du doute, de la désillusion ou du confort, juste avant le péage de Saint-Arnoult ?

Vous aviez pourtant raison, il fallait que ça change. C’était de votre responsabilité de manager surinformé, instruit, bien intégré et certainement talentueux – voire chanceux – de déclencher le mouvement. C’était une bonne occasion de donner un peu d’envergure et de sens à votre mission. Au-delà de votre remarquable collection de diplômes, de votre carrière sans faute, de la belle progression de vos revenus, de la considération de vos pairs et de l’admiration béate de vos amis. C’était enfin une jolie façon de démontrer que la vie professionnelle ne se résume à l’art de rendre compte, de justifier son job, de surfer sur les théories macro et micro-économiques à la mode, de déstabiliser ses rivaux, ou de passer entre les mauvaises gouttes de la conjoncture.

Votre idée était bonne, débarrassée du fatras de conformisme intellectuel dans lequel baignent la plupart des réflexions stratégiques de votre environnement. Vous pressentiez déjà avec justesse les limites du modèle dans lequel vous avez évolué bon an mal an. Vous étiez las de demander en permanence ce que vous devez faire à des clients qui n’en ont bonnement aucune idée. Vous étiez épuisé à la perspective de devoir plancher jour et nuit pour rendre présentables aux analystes des résultats de plus en plus décevants. Vous étiez convaincu qu’acquérir avec de coûteux subterfuges l’intérêt et la fidélité de consommateurs, de collaborateurs ou d’actionnaires de plus en plus opportunistes allait durablement dégrader la profitabilité et la pérennité de votre activité.

Votre idée, inédite, concrète, sensée était bonne et méritait d’être creusée, partagée, challengée. Elle avait du souffle. Elle se jouait des préjugés, des conventions. Elle était inscrite en creux dans le code génétique de votre marque. Elle pouvait marquer la renaissance de votre entreprise, de votre département ou de votre organisation. Elle n’appartenait qu’à vous et vous donnait sans doute pour la première fois l’impression d’être vraiment utile.

Alors vite, faites demi-tour et exploitez-la fissa. Il est grand temps que vous tiriez profit du capital d’imagination, d’audace et de courage que la tyrannie du court terme et du relativisme vous fait trop souvent négliger. Votre entreprise, comme l’ensemble de l’économie, ne peut plus attendre l’éventualité de vos prochaines vacances pour espérer sortir du climat désenchanté et stérile dans lequel nous prenons tous un malin plaisir à nous complaire.

*aubry pierens

 Article publié pour la première fois, le 5 septembre 2003, dans le journal « Les Echos » et commenté par l’auteur au chapitre 8 du livre ‘Un Regard Peut Tout Changer’, paru en avril 2016 aux Editions Salvator. 

L’obsolescence programmée entre en phase terminale.

Nous pressentons avec espoir qu’une page sombre de la technique marketing est en train de se tourner. La disparition de l’obsolescence programmée est en bonne voie. Et il en sera ainsi pour toutes les techniques de vente trompeuse ou forcée, fondées sur le mensonge, la manipulation ou l’abus de faiblesse. Il n’est point toujours besoin d’une intervention intrusive du législateur, le bon sens et la justesse finissent toujours par triompher dès lors que l’on prend le temps de regarder l’acheteur dans sa triple dimension : corps, cœur, esprit, et non simplement son porte-monnaie ou son appartenance à tel ou tel socio-style de ‘conso-crétins’.

« Obsolescence », « programmée » : deux mots qui blessent.

La notion d’obsolescence renvoie à un échec, à une défaite face au temps. Tout comme la mort que l’homme s’évertue infiniment à repousser ou à effacer. Plus l’objet est inscrit dans notre existence où il se révèle prothèse familière tel le fer à repasser ou le grille-pain, moins sa performance ou sa technologie progresse objectivement, et plus son obsolescence, soudaine, inattendue, nous est insupportable.

En creux, nous savons tous que, dans un univers clos, la perte des uns peut faire le bénéfice des autres. Et cette prise de conscience accroit encore plus chez chacun un sentiment d’injustice et de frustration. Que certains conçoivent et fabriquent des produits en recourant à des matériaux et des mécanismes dont ils fixent à l’avance la durée de vie et la défaillance pour en garantir le renouvellement, nous trouble. Qu’ils gagnent alors que d’autres perdent, nous est le plus souvent insupportable. Surtout lorsqu’on se trouve du côté des perdants…

Le mot « programmée » exacerbe l’idée d’une prédestination, d’une intelligence extérieure, manipulatrice et agissante qui, une fois lancée, nous apparaît déjà hors de contrôle. Le programmateur nous inquiète, nous agace, nous irrite ; qu’il ait ou non une expertise et une maîtrise technologique supérieures à la nôtre. C’est dire si le sujet a tous les atouts pour devenir populaire… Et la révolte gronde rapidement chez tous ceux que la circulation accélérée et transparente des informations sur internet a instruit de cette technique utilisée subrepticement pour accroître le niveau d’emprise de certains sur chacune de nos vies.

Les objets n’ont pas vocation à l’éternité. Néanmoins, l’obsolescence programmée se révèle pratique médiocre, mise en œuvre par des marketeurs myopes avec la complicité d’ingénieurs et de techniciens invertébrés. Elle a un coût, et ceux qui le supporteront ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

La vraie défaillance ne se trouve pas dans le produit lui-même.

L’obsolescence programmée dit quelque chose des produits, des marques et des entreprises qui y recourent. Elle hurle le mépris des consommateurs et des utilisateurs, car elle les envisage comme suffisamment stupides pour ne pas le constater, et amnésiques pour ne pas en tirer une leçon. Or, la casse soudaine d’une pièce essentielle, le vieillissement accéléré d’un matériau, la diminution des performances, ne s’apprécient pas dans le doux somnambulisme de l’ultra-consommation et un rêve inassouvi et permanent de renouvellement. Le constat est brutal. Il viole une relation entre l’utilisateur et l’objet. Il meurtrit profondément la quiétude d’une économie personnelle en obligeant à une dépense inattendue et contrainte.

Comme par hasard, l’obsolescence programmée s’accompagne le plus souvent d’une impossibilité de réparer, de corriger la défaillance, de trouver une solution ou un accès alternatif. Elle fait de la technologie utilisée une citadelle inaccessible, claquemurée derrière ses vis Torx et Pentalobe (non-dévissables sans outillage adapté) ou ses éléments scellés (processeur, mémoire vive et mémoire flash de stockage soudés sur la carte mère, batterie collée au fond du boîtier, écran ne pouvant être séparé de sa vitre de protection – cf évaluation d’un des tout récents McBook Pro par www.ifixit.org). Elle dénie aux ingénieux, aux économes, aux ‘responsables-du-monde-qu’ils-empruntent-à-leurs-enfants’, la possibilité et le droit d’apporter par eux-mêmes – ou par beau-frère ou voisin interposé – une libre réponse à la défaillance, un supplément de vie à la chose sub-claquante. L’obsolescence programmée contraint à jeter trop vite aux ordures – même retraitées ou valorisées – des objets dont la fonction première répondait pourtant encore au besoin originel. Rares sont ceux qui oublient cette blessure. La conscience ne le formule sans doute pas ainsi, mais le subconscient en garde vivace la trace.

Il est temps de faire tomber dans l’oubli ces pratiques d’un autre âge.

 Il est temps de ne plus prêter crédit aux croissances artificielles de chiffres d’affaires tirées par des pratiques qui exploitent avant tout la candeur ou l’ignorance de ceux qui vivent encore dans les illusions de la société de consommation. Il est temps de dénoncer le design d’apparence destiné à démoder l’enveloppe extérieure pour nous faire oublier le fonctionnement intact de la fonction. C’est trompeur, racoleur, vulgaire et finalement toujours décevant.

Développons au contraire toute activité économique qui convoque l’ingéniosité de ceux qui ont le don de redonner vie à l’objet cassé, abîmé, en panne. Le consommateur avisé et son comparse: le réparateur ingénieux, rendent en fait un hommage détourné au fabricant originel et à sa marque. Ils lui disent que ce qu’il a engendré et signé a encore du prix à leurs yeux et mérite de se voir accorder une nouvelle vie. Ils ne s’interdisent pas de lui faire à nouveau confiance et de lui acheter un autre produit de la même marque. Ou de remplacer à terme le produit qui sera allé au bout de son existence par un produit de marque identique, mais de nouvelle génération. La croissance du chiffre d’affaires sans doute plus lente, mais assurément plus pérenne et profitable.

Favorisons ces emplois de proximité géographique et psychologique qui entretiennent magnifiquement le lien social (cf les « cafés-réparations », labellisés « Repair Cafés », une marque déposée créée aux Pays-Bas en 2009 présente sur 900 sites dans 22 pays – dont une dizaine en France – http://repaircafe.org/fr/). Ils sont essentiels à l’écoulement durable et paisible de nos vies comme le sont d’autres ‘restaurateurs’, tels le médecin, le boulanger, l’aubergiste, le cordonnier ou le pharmacien.

Préférons les marques qui adoptent résolument les exigences de l’économie circulaire. Telle l’innovante et vraiment responsable : OWA (www.armor-owa.com/fr) qui signe des cartouches d’impression laser de qualité, compatibles, remanufacturées avec soin par le groupe ARMOR et garantissant dès l’achat, collecte et retraitement environnemental intégral.

Adoptons enfin les produits dont la valeur d’usage grandit aussi avec leur pérennité. C’est l’honneur des vrais bâtisseurs de faire traverser le temps à leur œuvre et leurs ouvrages ; et ce ne sont pas les Hénokiens (www.henokiens.com), club de belles entreprises familiales toujours en activité depuis 200 ans qui vous diront le contraire. Une nouvelle génération d’entrepreneurs ne s’y trompe d’ailleurs pas qui multiplie les entreprises (cf http://www.buymeonce.com de l’ex-publicitaire Tara Button) faisant de la durabilité des produits et services vendus un élément essentiel de leurs offres.

Toutes ces initiatives expriment ainsi notre résilience ou notre opposition face au cynisme et l’égoïsme de générations de managers irresponsables, instigateurs et, au bout du compte, premières victimes de leurs propres existences et idéologies à obsolescence programmée.

*aubry pierens

Article publié pour la première fois, le 13 août 2016, sur le site d’Economie Matin.